Articles & News / Journal d’auteure / Nouvelle année, nouveau parcours !
Nouvelle année, nouveau parcours !
Rédigé par Nina Loren - Le 11/05/2021 - 2 Commentaires
image-contenu-19
Journal, page 1


L’année est bien entamée ! Nous sommes déjà au mois de mai, le temps passe décidément trop vite. Cela fait maintenant plus d’un an et demi que je suis officiellement romancière. Ma première publication est plutôt récente, mais mon activité d’écriture l’est beaucoup moins, en réalité.

2019 était l’année d’Impossible Desire et 2020 celle de Breaking The Ice. 2021 devait marquer un tournant dans ma carrière avec la sortie de mon prometteur (sur le papier, excusez le jeu de mots) Unwanted Love, une romance sortant un peu des sentiers battus, mais en fait … peut-être un peu trop pour le public de ma maison d’édition. Cette année a donc commencé avec l’échec de mon troisième roman. On a l’habitude de dire qu’il ne faut parler que du positif, mais je pense qu’il est important de montrer aussi que la vie d’auteure n’est pas un long fleuve tranquille. On a des moments de doute, voire de déprime et ce n’est pas toujours facile à gérer. Il y a surtout des choses qui arrivent et qu’on n’est pas toujours en mesure d’expliquer. Unwanted Love était une romance qui se voulait un peu différente de celles proposées par ma maison d’édition, et malgré des retours magnifiques et particulièrement élogieux, il n’a pas trouvé son public. Ce sont les aléas du métier d’écrivain, les ventes ne sont pas constantes, certains romans plaisent, d’autres non. Il faut savoir avancer et ne pas s’avouer vaincu. Pour ma part, l’écriture est un procédé qui me comble tellement que rien ne pourra jamais m’empêcher d’écrire.  Unwanted Love n’a peut-être pas eu le succès escompté (alors qu’en toute objectivité, il est vachement bien) mais c’est un roman dont je suis extrêmement fière et il est hors de question que je l’abandonne à son triste sort. D’ailleurs, récemment, en accord avec ma maison d’édition, nous avons décidé de changer le visuel pour le rendre plus attractif. En premier lieu, un torse avait été choisi ; personnellement, je ne suis pas une adepte des torses (pour clarifier, je ne suis pas une adepte des torses en couverture de romans, parce que dans la vie de tous les jours, je n’ai absolument rien contre les torses, bien au contraire) mais, il faut s’y faire, c’est ce qui fait vendre le plus en règle générale. Ce sont des paramètres marketing que ma maison d’édition prend en compte à la lettre et c’est compréhensible. Toutefois, la nouvelle couverture mettant en avant un couple à l’air de plutôt bien plaire et j’en suis ravie, parce que j’aime casser les codes et éviter de surfer sur les modes et les couvertures marketing, surtout quand en plus de ne pas me plaire outre mesure, elles n’ont pas l’effet escompté. Merci, le torse. Good job. L’enjeu actuel est de savoir si les ventes numériques vont assez augmenter pour permettre une sortie en librairie (ceci n’est pas un message subliminal). L’avenir nous le dira (je croise les doigts !).

Ce début d’année a été aussi pour moi le début d’une nouvelle aventure, celle de l’autoédition. Et c’est avec mon amie et partenaire de crime Jeanne Pears que j’ai décidé de publier. Le premier tome de la série « Nouvelles Chances » a donc débarqué en février et trois autres sont prévus pour le reste de l’année. Là encore, le succès n’a pour l’instant pas été au rendez-vous (puisqu’on vous dit que ce n’est pas un message subliminal. Arrêtez d’insister, ça me gêne), toutefois, l’enjeu n’est pas le même ici puisque je n’ai pas besoin d’assurer des ventes minimales au format numérique pour avoir la version papier. En autoédition, ce choix incombe à l’auteur et Stupid Love est déjà disponible en IAD[1] pour mon plus grand plaisir (première fois qu’un de mes livres sortait en format broché ! Quel bonheur, je vous jure). 

Ce journal d’auteure est une occasion pour moi de vous parler de mes sorties (comme je viens de le faire, ça tombe bien), mais c’est aussi et surtout pour discuter de mes projets, de mes avancées et de ma vie d’auteure que j’ai eu envie de commencer à le tenir. Tout d’abord, il faut savoir que mon activité d’écrivain ne me permet pas d’en vivre (je ne vous fais pas l’affront d’une troisième allusion aux messages subliminaux, je pars du principe que vous avez déjà commandé 27 exemplaires d’Unwanted Love et l’édition collector de Stupid Love avec buste en résine de Preston Barlow en taille réelle), j’ai donc comme beaucoup d’auteures, un travail à côté. En conséquence, le temps disponible pour écrire est court, alors qu’écrire, en toute franchise, c’est long. Pour ma part, je suis aussi une auteure qui prend son temps pour tout peaufiner et qui aime pousser le travail très loin pour une meilleure authenticité (je n’aime pas me bousculer, ni aller trop vite). Accessoirement, il n’y a pas vraiment d’édition collector de Stupid Love, avec ou sans buste en résine de Preston Barlow en taille réelle. Désolée, je me suis laissée emporter. Mea culpa.

Parlons donc un peu écriture. Ce début d’année a été marqué par deux projets. 

Nous avons avec Jeanne Pears continué à écrire la suite de notre série. Actuellement nous sommes en bonne voie pour terminer le tome 2, « Summer Love », qui sera beaucoup plus chaud que le premier ! Nous nous régalons à écrire une romance sans prise de tête et délicieusement érotique. L’expérience d’écriture à quatre mains est vraiment agréable, et c’est aussi extrêmement gratifiant et rassurant d’être à deux pour imaginer les histoires et les coucher ensemble sur le papier (encore une fois, excusez le jeu de mots)

L’autre projet qui me prend presque tout mon temps, en ce moment, fait en réalité partie de ma vie d’écrivain depuis l’automne 2019. Quand j’ai commencé à écrire, je voulais écrire de la romance entre hommes (qu’on appelle communément romance MM[2]), mais le défi me semblait, peut-être un peu à tort, trop complexe, je me suis donc naturellement tournée vers la romance MF pour mes premiers écrits, mais à la rentrée 2019, juste après la publication de mon premier roman, une histoire a commencé à germer dans ma tête. Le problème, le sujet que je voulais aborder devait nécessiter des recherches, beaucoup de recherches. Ainsi, pendant près d’un an, j’ai travaillé ce sujet et je peux maintenant vous en parler, parce qu’il y a quatre jours j’ai envoyé le premier tome de mon histoire à une maison d’édition spécialisée dans le genre. 

Que dire sur cette nouvelle série ? Avant d’être une romance, c’est un thriller juridique (elle s’inscrit donc dans le romantic suspense). Elle comportera à première vue trois tomes et racontera l’histoire d’amour entre Benedict Walsh, avocat pénaliste, et Jordan Henderson, procureur de la Couronne, dans la ville de Vancouver. Pour pouvoir entrer dans la peau de mes deux hommes, j’ai dû étudier le système judiciaire et politique du Canada, mais aussi essayer de comprendre les tenants et aboutissants du métier d’avocat. Pour cela, j’ai passé des heures entières à feuilleter le code pénal et, surtout, à suivre des vidéos en ligne de quelques universités canadiennes enseignant le droit. J’ai notamment travaillé à partir de vidéos de « Mock trials », de faux procès, conçus pour entraîner les étudiants pour leurs fonctions futures. J’ai beaucoup appris et j’ai pu me plonger à corps perdu dans l’écriture du premier tome de la série l’année dernière. L’écriture du tome 1 a donc débuté en novembre 2020 et s’est terminée en avril 2021. Mon souhait est qu’il soit publié dans une ME (et aussi d’en vendre 60 millions d’exemplaires, mais je me contenterai déjà d’une parution en ME) mais je sais que je peux essuyer un refus, ça arrive, c’est un autre aléa de notre métier. Toutefois, dans le cas où ma série ne trouverait pas sa place, je me tournerai vers l’autoédition, parce que je refuse de mettre à la poubelle des mois et des mois de travail, et je me suis trop attachée à mes personnages pour les laisser tomber <3. 

Ce roman me tient énormément à cœur et j’ai adoré me plonger dans l’histoire du procureur introverti et de son enfoiré d’avocat. J’ai mis tout mon cœur et toute mon âme dans ce roman, et j’ai déjà entamé l’écriture du tome 2. J’espère avoir de bonnes nouvelles dans les mois qui viendront. Et je compte sur vous pour les 60 millions de ventes. À défaut, achetez Unwanted Love, je vous jure qu’il est vachement bien. 

À bientôt, 

Nina.


PS : en cadeau un petit extrait de mon tome 1 de Passion & Justice

image-contenu-21




[1] IAD : Impression à la demande.
[2] MM : male/male
Nina Loren - 11 05 2021
Ajouter un commentaire
Ajouter mon commentaire
Liste des commentaires
Mais oui achetez Unwanted Love, il est magnifique ce livre !!!
En plus il a une nouvelle couv'encore plus canon que la première !
Effectivement trop de torses nus tuent le torse nu 🤣
Tu as une plume magnifique.
Je ne suis pas trop M/M mais sachant que c'est toi qui l'a écrit,
Je me laisserai tenter par cette romance 🥰
Répondre Redigé par Valérie le 18 06 2021
Super article.
Répondre Redigé par anthony le 16 05 2021